Ronde 2
Pascal Rué (EM, 2105) partageait rapidement le point contre Ludwig Fantin (CFE, 2230). Jean-Baptiste Bournisien (EM, 1760) jouait une sorte de qui-perd-gagne contre Adrien Marie (CFE, 2071) : le premier oublie un pion avant que le second en veuille un peu trop, oublie un coup intermédiaire et redonne le pion... La partie est plus agréable à jouer pour le montluçonnais mais une dernière erreur donnera la victoire au clermontois. Eric Rué (EM, 2124) s'incline contre Charly Rouler (CFE, 2291 MF). Jean-Claude Pichonnet (EM, 1620) obtient contre Sylvain Thet (CFE, 1987) une position très prometteuse mais une faute malheureuse lui coutera la partie.

CFE 3 - 0 EM

Ronde 3
L'équipe clermontoise était renforcé par le toujours étonnant Jeff Fallais. La première partie à se terminer est celle de Jean-Claude Pichonnet (EM, 1620) contre Bernard Fourche (ECA, 1706) : petite erreur de calcul du montluçonnais qui lui coûte trop de matériel. De son côté, jean-Baptiste Bournisien (EM, 1760) ne négociait pas son début de la meilleure des façons contre Claude Champier (ECA, 1800) et se résolut à sacrifier du matériel : un fou est parfois meilleur qu'une tour et le montluçonnais parvint à mater rapidement. Pascal Rué (EM, 2105) parvenait à gagner une qualité et un pion contre Jean-François Fallais (ECA, 1698), et il s'imposait facilement en finale. A l'issue d'une partie complexe, Eric Rué (EM, 2124) devait s'incliner contre Christian Roche (ECA, 1944).

EM 2 - 2 ECA

Ronde 4
Lempdes peut être fière de sa jeune équipe, que l'auvergne entière lui envie. Le résultat sévère du match n'est pas significative de la force de ces joueurs. La première partie à s'achever est celle de Jean-Baptiste Bournisien (EM, 1760) contre l'espoir auvergnat Gaëtan Rey (EL, 1701): un sacrifice courageux du lempdais sur la sicilienne du montluçonnais eut le défaut de ne pas être correct et de perdre du matériel, mais sans suffisament de compensation. Vint ensuite la victoire convaincante de Pascal Rué (EM, 2105) contre Corentin Kieraga (EL, 1758). Jean-Claude Pichonnet (EM, 1620) démontra sa technique acquise à travers les siècles contre Jérémy Gautier (EL, 1346). Mais la victoire la plus impressionnante de technique fut celle de Eric Rué (EM, 2124) contre Clément Gautier (EL, 1877) dans une finale Tour-Fou et 3 pions contre Dame et un pion.

EL 0 - 4 EM