Ce fut une équipe jeune, sympathique, et presque locale (plusieurs joueurs venant de Pionsat) qui fit le déplacement jusqu'à Montluçon. Le responsable Elo de la ligue, Bernard Barberis, avait également fait le déplacement. 

Sur les échiquiers, les choses auraient pu commencer plus mal pour Montluçon : Jean-Louis Augé (EM, 1810) gagnait rapidement une pièce sur une erreur de calcul de son adversaire Jean-Luc Ilpide (LTA, 1626) et concluait la partie quelques coups plus tard.

La prochaine partie à se terminait était celle de Claude Vitré (EM, 1530) contre le jeune Yacine Zounani (LTA, 1370) par le gain du Chamalièreois sur le montluçonnais. Heureusement l'équilibre revenait quelques minutes plus tard par le gain de Jean-Baptiste Bournisien (EM, 1800) sur Elisa Gaguech (LTA, 1580). Equilibre qui... ne devait pas perdurer, puisque Robert Mazuel (EM, 1690), malheureux habitué du zeitnot chutait contre Mathieu Barberis (LTA, 1501).

Tel un balancier, la prochaine victoire revenait à Eric Rué (EM, 2112) contre Pierre Alary (LTA, 1966).

Ne restait plus que deux parties en cours, l'une d'elle probablement gagnante le joueur de Montluçon. Sur la demande de son capitaine, Pablo Garcia Rey (EM, 1930) proposa nulle à Clément Julien (LTA, 1817), dans une position au moins égale, et elle fut donc conclut. L'Echiquier Montluçonnais ne pouvait plus perdre, et... gagnait grâce à la victoire de Stéphane Randisi (1880) sur Valentin Barberis (LTA, 1785).

La Tour d'Auvergne 3 - 4 Echiquier Montluçonnais