Le club présentait une équipe un peu amoindrie par rapport à ce que devrait être la composition de l'équipe lors des prochaines rondes. Ajoutons à celui un petit manque de chance et nous obtenons un match un peu décevant contre une équipe dont la moyenne Elo avoisinait la nôtre. 

Le premier à terminer est Robert Mazuel (EM, 1652) qui annule une partie "nulle depuis le départ" contre Alain Bonneau (TNH, 1482). Le club prend ensuite l'ascendant grâce à la jolie victoire de Pablo Garcia-Rey (EM, 1802) sur Harm Tigelaar (TNH, 1800). Mais Huriel égalise aussitôt grâce à la victoire de Frédérick Baran (TNH, 1904) sur Stéphane Randisi (EM, 1900) à la suite d'une ouverture hasardeuse du montluçonnais, qui perd plusieurs pions rapidement. Dans une position resserré, Vincent Fabre (EM, 1720) finit par s'incliner contre Christophe Holland (TNH, 1726). Michel Bolis (EM, 1658) gaffe dans une position supérieure contre Yoann Lefeuvre (TNH, 1651). Alors qu'il possédait une position prometteuse au sortir de l'ouverture, Jean-Baptiste Bournisien (EM, 1820) oublie un pion central important contre Denis Antoine-Michard (TNH, 1978) et doit finir par s'incliner. Les hurielois sont alors assurés de la victoire. Fabien Leroy (EM, 1800) contre Alexis Perrin (TNH, 1750) et Jean-Louis Augé (EM, 1770) contre Aline Bernard (TNH, 1747) parviennent à resserrer le score au maximum en l'emportant tous les deux.

Echiquier Montluçonnais 3 - 4 Tour Noire Huriel